PoésiePremiers jets

Note aux passants – poème

 

van_gogh_cafe.b349b397fbeeb31f34f671c94d95eb3f16

Pour les spectres de toujours, qui se cachent dans les néons
Pour les feuilles chatoyantes, qui flétrissent dans nos esprits
Pour les danses passées et présentes, rongées par la désillusion
Pour les notes sucrées de l’Avenir, vigilant trappeur, frère infidèle,
Pensez à vous munir d’un pieu blanc, nommé Lucidité
Pensez à abandonner ces espoirs sans vergogne, ces nuits sans fond
À trahir vos démences au prix d’un Eden de poussière
À danser sur les tombeaux de vos souvenirs les plus puérils
Sans quoi vous finirez happés par l’œil du Diable,
Sans quoi vous serez conditionnés à une sombre destinée,
Celle où, obnubilés par votre propre candeur,
Vous frémirez de toutes vos passions jusqu’à l’abondance,
Jusqu’à être rassasié par un simulacre de vie,
Jusqu’à atteindre le seuil céleste d’un orgasme inopiné,
Plaisir, faux dieu, véritable épouvantail,
Qu’enflammera l’accueil de l’honnête miroir,
Que brisera la Réalité d’un seul ordre cinglant et péremptoire,
Vomir des larmes, et recommencer.

 

Retrouvez davantage de textes du même auteur ici.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer