CultureSesque

Au cœur du Youtube Game : Solange te parle

Tu n’es pas prêt. Ton petit cœur et ton cerveau ne sont pas prêts. Aujourd’hui je vais te parler d’une créatrice hors norme du Youtube Game : Solange te parle.

Solange est actrice, vidéaste, humoriste, artiste plasticienne et elle a 33 ans. Solange s’appelle en vérité Ina Mihalache et a pour compagnon fidèle Truite, sa créature à quatre pattes préférée. Tu la connais peut-être déjà, peut-être fais-tu même partie de ses 364 613 abonnés Youtube. Si ce n’est pas le cas je vais te demander de mettre toute ta confiance en moi et d’aller t’abonner dès maintenant.

Besoin d’être convaincu ? J’ai réfléchi à un moyen de te résumer la chaîne Solange te parle mais c’est plus ardu qu’il n’y paraît. J’ai donc sélectionné pour toi quatre des vidéos qui ont construit mon amour et ma fascination pour Ina Mihalache.

C’est combien ?

Si j’ai subitement eu envie de te parler de Solange te parle c’est parce que pas plus tard qu’hier j’ai regardé sa dernière vidéo : “J’ai testé les services d’un escort”. Première réaction : “Mais non, elle l’a pas réellement fait et elle n’en a pas fait une vidéo”. Parce qu’il faut bien le dire, la plupart des vidéos qui portent ce genre de titre putaclic sont complètement vides et déceptives. Et pour une fois non, elle se paye vraiment les services d’un escort, elle loue une chambre d’hôtel, achète du lubrifiant et jouit. Bien au-delà du simple plaisir voyeuriste qu’elle crée, Solange pose le doigt sur plusieurs sujets majeurs. Le plaisir féminin, une certaine posture de soumission dont elle ne peut se détacher, et une volonté de plaire et de ne pas décevoir, quand bien même c’est elle qui mène la danse en payant pour un service.

Elle se livre complètement et renvoie vers nous ces mêmes interrogations, crée en nous un questionnement sur notre propre sexualité. Toute la phase de recherche du bon partenaire est notamment très éclairante et profonde, tout en étant drôle. Le premier escort qu’elle avait sélectionné ne correspondait pas à ses attentes intellectuelles, ce qui la bloque rapidement. Ce blocage m’a d’ailleurs fait penser à une vidéo de Madmoizelle qui parle de sapiosexualité, une préférence sexuelle et amoureuse envers les personnes “intelligentes”. C’est ce que j’aime beaucoup chez Solange, cette capacité à faire naître un questionnement chez le spectateur, en ne formulant que des ressentis ou des sentiments.

Bien sûr, sa vidéo renvoie également à la prostitution et aux nombreux débats qu’elle crée mais ce n’est pas le sujet principal. On peut néanmoins interroger la façon dont cette pratique est perçue, notamment par rapport au genre de la personne qui se prostitue. Si un homme avait fait une vidéo “J’ai testé les services d’une escort”, elle aurait été perçue comme plus dérangeante et les réactions auraient sans doute étaient plus virulentes… Je te laisse te faire un avis sur tout ça, te questionner en tout cas, en regardant la vidéo. On se retrouve juste après !

Montre-moi ton cul

Je l’avoue, j’aime bien t’aguicher. Je ne suis pas la seule puisque la première fois que j’ai lu le titre “BilanCul” sur une vidéo de Solange, je me suis dit : “Tiens, tiens, je vais avoir droit à un récap de ses coïts du mois”. Quel ne fût pas mon (dé)plaisir lorsque j’ai vu qu’il s’agissait en fait d’un bilan CULturel. Elle parle donc régulièrement de ce qu’elle a récemment vu/lu/écouté et c’est souvent l’occasion de découvrir des œuvres ou bien d’en avoir un autre point de vue. Je ne peux donc que te conseiller d’aller regarder cette série de vidéos ! Du coup même plan que tout à l’heure, tu regardes ça tranquillou et je te récupère après.

Fais-moi l’amour

En fait, je crois avoir compris. Solange c’est un peu notre agitatrice de bocal préférée. Avant de regarder une de ses vidéos, ton cerveau est dans un état “X”, qu’on pourrait identifier comme habituel. Pendant le visionnage, il évolue pour se transformer en “X???Y?X?”. Dans l’après visionnage, ton cerveau a muté, il s’est mis à déclamer l’alphabet en araméen. Avec ses vidéos “Riviérophile”, Solange nous plonge clairement dans un océan what the fuck au premier abord mais quand même, il se passe un vrai truc. Que celui qui n’a jamais eu envie de se frotter à un galet après une de ses vidéos me jette la première pierre.

Moi aussi je t’aime

Cette vidéo, « Dire je t’aime », ça a été mon premier contact avec Solange, la plus belle des premières fois. Je crois que c’est une des rares vidéos qui a véritablement modifié mon rapport à ces fameuses sept lettres : je t’aime. Solange nous parle de la sacralisation de cette expression, mêlée à une forme de tabou très forte. Cette impression que dire je t’aime à un ami veut dire “je veux te pécho”, ce besoin de toujours rajouter un mot à sa suite, “je t’aime trop”, “je t’aime de fou” ou comme on le disait plus petits, “je t’aime mais en amitié hein !”. Solange nous invite alors à casser ce blocage, à nous décomplexer là-dessus et à embrasser le je t’aime. Ça peut paraître un peu gnan gnan mais sa vidéo aide véritablement à réaliser qu’on se prend souvent la tête pour rien. Je te laisse regarder ça et on se retrouve juste après pour conclure.

Plein de love tu es ? Parfait. Cet article était d’une subjectivité totale mais j’espère sincèrement t’avoir donné envie de te plonger dans l’univers de Solange. Je te laisse pour cette fois, on se revoit vite !

Ah et puis, cher lecteur ou chère lectrice, je t’aime.

 

©Capture d’écran Solange te parle

Tags

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer