Culture

« La photo est un art facile »

Nombreux sont ceux qui s’y essaient mais très peu arrivent à dérober la poésie d’un instant, des instantanés de réalité capturés sur le vif. La photographie est un art majeur, deux siècles d’existence ont suffit pour inspirer plus d’un artiste. La Giclée a rencontré pour vous une jeune photographe : Léa Jaffredo.

« Le temps court et s’écoule et notre mort seule arrive à le rattraper. La photographie est un couperet qui dans l’éternité saisit l’instant qui l’a éblouie.» énonça Henri Cartier-Bresson, figure mythique de la photographie du XXème siècle.

La Giclée: Le portrait d’une personne révèle son être intime dont il perd la maîtrise.

Léa : « Plus on est professionnel, plus on se montre facilement, plus les fragilités comme les forces de l’âme ressortent. »   

LG: L’appareil photographique devient avec le temps une extension de l’anatomie. On peut voir défiler le temps, l’univers passé, figé et mouvant. Une certaine poésie peut se dégager des travaux, les images dialoguent et vivent au travers du temps.

Léa : « J’ai tendance à considérer la photo comme un moyen de m’exprimer ; le meilleur que j’ai trouvé jusque-là. La photo est un art facile. En quelques mois, j’ai pu acquérir une certaine technique, chose que je n’aurais pu faire avec le dessin par exemple. Mais cette certaine facilité est un cadeau empoisonné dans le sens où seul le travail paye. Pour capturer la vraie âme des gens, il faut faire preuve d’une certaine sensibilité que seuls les grands photographes ont. » 

LG: La quantité de travail d’un peintre par rapport à un photographe a souvent été critiquée, peut-on dire que ces deux arts sont égaux ?

Léa : « La peinture n’a rien d’égal à la photographie. Une peinture ne se fait pas en un clin d’œil. Et puis toutes les photographies ne sont pas, a priori, des œuvres d’art mais n’en est-il pas de même pour la peinture ? 

Ces deux arts n’utilisent pas les mêmes techniques ; la peinture est tout de même moins accessible que la photographie. Même si l’histoire de la peinture et de la photo sont étroitement liées, elles n’ont pas les mêmes buts. Entre photos souvenirs et nus artistiques, il faut faire le distingo.

De quelles utilisations de la photographie parle-t-on alors ici ? Car, si la photo en tant qu’art a pour but de montrer la réalité telle qu’elle est (comme la peinture de la Renaissance), les logiciels modernes tels que Photoshop ou Lightroom poussent le vice en encourageant la modification des corps, des textures et des couleurs (comme le veulent les artistes modernes tel Yves KLEIN et son Anthropométrie de l’époque bleue (ANT 82) en 1960).

Un peintre ne laisse jamais sa toile telle quelle alors qu’un photographe peut choisir de ne pas retoucher sa matière de base ; de laisser sa photo comme il l’a prise. » 

LG: Quelles critiques de la photographie pouvons-nous faire ? Avec la démocratisation de l’appareil photographique facilement transportable, à petit prix, depuis une trentaine d’années, et depuis quelques années intégrées aux smartphones, la photographie est accessible à l’ensemble de la société. Les réseaux sociaux par le partage de contenu encouragent cet accès et ses excès, c’est la course aux likes. Qu’en penses-tu, Léa ?

Léa : « Avec la mode, les réseaux sociaux et l’accessibilité à la technique de la photo toujours plus facile (il n’y a qu’à taper « Photoshop » sur YouTube pour avoir une liste sans fin de tutos), beaucoup s’improvisent photographes du dimanche sans trop savoir où ils vont. Il n’y a qu’à voir le nombre de comptes de photographes sur Instagram (plus de 800 000… !) pour s’en rendre compte.

Le numérique n’est qu’une technique que l’on s’approprie de plus en plus, mais beaucoup de photographes de la vieille école travaillent encore à l’argentique. Dans le monde du numérique, on a le choix du manuel ou de l’automatique, qui est agréable pour les débutants.» 

Un photographe a profondément inspiré la rédaction de cet article : Cvatik, photographe contemporain qui arrive à sensibiliser son public avec l’histoire du corps et de son environnement. Léa partage cette admiration pour le travail du photographe.

Léa : « Il a su trouver son propre style et aller au bout de ses projets. Cvatik m’inspire beaucoup, les couleurs de ses photos sont splendides et on devine une sensibilité immense dans son travail »

Découvrez les travaux de Léa sur Instagram : @leaj.photography et à très vite pour une nouvelle immersion artistique !

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer