Société

Le harcèlement, ou l’aveuglement de toute une société

Bien le bonsoir les volailles.

Aujourd’hui, je ne veux pas parler de régions avec des ambitions indépendantistes, ou autres mouvances politiques tordues.

Non.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet tabou dans notre société, un sujet qui fâche, qui touche beaucoup trop de gens, et qui n’est pas assez combattu à mes yeux. Face à ce sujet, je tiens à mettre ma pierre à l’édifice. Car aujourd’hui, chers lecteurs, on va se causer en tête-à-tête, on va se dire des choses, et s’en avouer chacun les uns les autres. Cette fois-ci, je vais viser des gens, volontairement, aujourd’hui je me venge, par la douceur, avec des mots, car l’encre doit couler, et non pas le sang.

Le sujet dont je vous parle, est le harcèlement.

Ce sujet tabou touche environ 1 enfant sur 6 en France, et 1 sur 16 le subit de façon sévère, voir dangereuse pour sa santé, son état psychologique…

ob_12e939_3351717-ide-harcelement-scolaire-01

Aujourd’hui, et de par mon expérience, je me sens être le rescapé d’un harcèlement qui aura duré 10 ans, commençant dans la cour du CP et prenant fin au lycée.

Et vous me direz : « En 10 ans, tu n’as jamais eu le courage de chercher à te battre, à te venger plus tôt ? »

Non.

Non, je n’ai pas eu le courage jusqu’à maintenant, car contrairement à ce que tu peux penser, le harcèlement existe sous plusieurs formes. Et chacune, je dis bien CHACUNE, est une pression constante sur ton état moral et physique.

Pour ma part, le harcèlement ça a commencé par des chamailleries à l’écoles, des insultes, puis des coups, des menaces, papier, puis numérique… Rien ne semblait arrêter cette spirale infernale et rien d’autre que moi-même ne pouvait m’en tirer.

Mais il était déjà trop tard: quand tu es pris dans les engrenages du harcèlement, tu as peu de chances d’en sortir facilement.

Les gens qui te harcèlent disent que ce sont des « blagues », mais ça n’est jamais une blague. C’est violent, stupide, et malsain que de penser que faire intentionnellement du mal à quelqu’un est une blague.

Je ne m’éterniserai pas sur ce que j’ai vécu, j’en ferai juste une liste :

  • Harcèlement psychologique
  • Harcèlement numérique
  • Harcèlement physique
  • Harcèlement moral et sexuel (oui oui)

Si ces termes vous semblent troubles, allez dans une cour de récré et essayez de regarder autour de vous. Très vite, vous remarquerez le scénario suivant : les élèves sortent dehors et vont prendre l’air, très vite des groupes se forment, certains plus gros que les autres. Tels des troupeaux d’animaux, ça commence à faire du bruit.

Puis, vous remarquez par hasard le mouton noir de la ribambelle d’élèves.

Celui-ci est seul, reclus, différent, et si vous faites bien attention, vous remarquerez que son regard est inquiet, que quelque chose le tracasse. C’est clair: il ne se sent pas en sécurité.

Vous remarquez aussi que les autres groupes lui jettent des regards, parfois moqueurs, parfois de haine, parfois de dégoût. Rien de bien vilain, vous vous dites…

Mais très vite, vous remarquez que des individus, plus agressifs que les autres, viennent frapper, insulter le mouton noir.

Ce même mouton va voir son berger, aka les surveillants, les profs, les adultes pour l’aider même un minimum.

Mais vous l’aurez remarqué, le berger ne parle pas le mouton. Ceci, chers lecteurs, est le fameux mouvement qui a fait parler de lui il y a quelques mois sur les réseaux sociaux : le mouvement PAS DE VAGUES.

Traduction : si la situation tourne au vinaigre, essayez de diluer la sauce, sans pour autant arrêter la fermentation acétique (transformation d’alcool en vinaigre).

Tu ne comprends toujours pas ? C’est pourtant simple : dans le monde du harcèlement, le mouton noir est SEUL et les aides extérieures ne font généralement pas le nécessaire pour l’aider.

Face à un danger qui nous rappelle que 1 personne sur 4 victime de harcèlement a déjà pensé au suicide, il y a évidemment plusieurs solutions :

  • Celle que j’ai choisi et qui a le mieux fonctionné : fuir, enterrer sa vie d’antan et chercher à s’écarter un maximum des harceleurs pour se construire une nouvelle vie, meilleure et beaucoup plus heureuse.
  • En parler, non pas aux professeurs, qui par les lois de l’état sont bridés à ne rien dire; mais au psychologue, aux parents, aux adultes qui ont les moyens de faire quelque chose.
  • Ne surtout pas rendre le coup au harceleur par le biais de la violence. Si je passe par cet article pour en causer, c’est parce que c’est un moyen plus sûr de ne pas subir des représailles, et parce que ça me rendrait aussi stupide et ignoble qu’eux de leur faire subir des violences quelles qu’elles soient.
  • Ne jamais abandonner, toujours être soi-même, ne jamais leur montrer un quelconque signe de faiblesse. Ce n’est que leur faire plaisir que de les laisser agir et que de pleurer.

Si tu es parvenu à lire jusqu’ici sans commencer à écrire un message émouvant, sache que ces conseils, qui sont les miens, ne t’iront peut-être pas, et que tu auras peut être d’autres solutions. Qu’il en soit ainsi; cependant, veille à ne pas te laisser abattre, et à ne pas commettre les mêmes erreurs que je fis, à savoir : répondre à leurs provocations, te laisser faire, te rabattre sur toi-même, avoir des pensées sombres…

Face au harcèlement, il existe des résistants, des gens à l’écoute. Chers lecteurs, si vous connaissez, vivez avec, ou êtes une victime de harcèlement, parlez. Le silence est une longue voie de souffrance et d’ignorance collective de la société, et ce serait vous faire du mal que de rester muet. Ce fut mon erreur, et j’ai mis 10 ans avant de finir par trouver la solution.

Il y a des numéros à votre disposition, comme le 3020, numéro contre le harcèlement où des experts seront à votre écoute et sauront vous aider.

Ne restez pas seuls, chers camarades. Face aux harceleurs, une seule solution : la révolution. Faites-vous entendre, et anéantissez toute forme de violence, par la parole, le témoignage, par l’encre et non pas par le sang.

Car la violence ne résoudra jamais rien, et ne créera toujours que des problèmes.

Nous devons tous rester unis face au harcèlement, et non pas écarter ses victimes, ne pas rester sans rien faire.

Sur une note personnelle, je dirai à tous ceux qui lisent cet article, de transmettre ce message aux harceleurs : j’espère que vos enfants subiront les souffrances que vous m’avez fait subir, ainsi vous saurez ce que ça fait d’être harcelé.

La bise à tous, sauf aux harceleurs, vous pouvez dégagez, vous êtes des parasites de la société en essayant de stigmatiser à vie des membres de celle-ci.

Et à bientôt pour de nouveaux articles sur La Giclée, abonnez-vous, likez l’article sur Facebook, faites-le tourner, partagez-le à FOND, car le harcèlement est un phénomène global et doit disparaître pour de bon dans nos sociétés.

Tags

Expat Bressan

"Seulô avoué du kanon ou de la byézhe ?" - Un Bressan quelconque mais bien rond

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer