CultureUne soirée dans le West End

Une soirée dans le West End: Hello! It’s the Book of Mormon

Trey Parker et Matt Stone sont majoritairement connus pour être les créateurs de la série South Park, mais avec l’aide de Robert Lopez, ils sont également à l’origine d’une comédie musicale, et pas des moindres. Jouant avec les stéréotypes du genre, ils n’en n’oublient pas moins la provocation dont ils sont maîtres. Si vous avez toujours eu envie d’en savoir plus sur les Mormons et que vous vous demandez ce qu’ils ont en commun avec Le Seigneur des anneaux, alors ce spectacle est sans doute fait pour vous (aucune garantie sur la véracité des informations données dans le spectacle). Projecteurs sur The Book of Mormon.

L’HISTOIRE

L’heure est venue pour Elder Price, un jeune missionnaire Mormon, de découvrir sa destination et son binôme pour sa mission divine. Alors qu’il rêve d’Orlando et d’un partenaire de son acabit, il se retrouve envoyé en Ouganda avec Elder Cunningham. Lui qui pensait être récompensé pour sa foi inébranlable fait face à un pays ravagé par le sida et la misère ne voulant rien savoir du Livre de Mormon, ne le voyant pas comme celui pourrait les aider à faire face aux problèmes présents. Il entame alors une remise en question de ses croyances. Pendant ce temps, Elder Cunningham se lance corps et âme dans sa mission avec une manière de prêcher peu orthodoxe.

La comédie musicale s’inspire librement du mode de fonctionnement de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (plus communément connue sous le nom d’Eglise Mormone). Même si elle se joue des clichés (notamment pour sa manière de rendre compte de l’Ouganda) et que le ton est extrêmement satirique, elle reste volontairement offensante sur de nombreux points. Il ne faut cependant pas oublié que ce spectacle est une comédie et ne prétend pas être une représentation fidèle de la religion.

L’HISTOIRE DU SHOW

Trey Parker et Matt Stone avaient déjà un attrait pour les Mormons et les comédies musicales avant même de travailler sur The Book of Mormon, les deux apparaissant déjà dans leur série South Park. C’est en voyant la comédie musicale Avenue Q en 2003 et en rencontrant leurs créateurs, Robert Lopez et Jeff Marx, qu’ils commencent à travailler sur un projet commun – mais le dernier quitte le projet, ne se sentant pas assez libre. C’est en 2010 que les premiers ateliers (workshops) donnent vie au spectacle qui fera ses premiers pas directement sur la scène de Broadway (beaucoup de spectacle commençant d’abord par ce qui est connu comme le off-Broadway) le 24 mars 2011. Josh Gad et Andrew Ronnells furent les premiers acteurs à jouer les personnages principaux. C’est en 2013 que le spectacle rejoint le West End. Depuis 2017, le spectacle s’est également installé dans pas moins de trois pays scandinaves (la Suède, la Norvège et le Danemark).

Le spectacle fut très rapidement acclamé par la critique et reçut de nombreux prix. Les créateurs étaient assez confiants quand à la réaction de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et en effet, leur réponse fut assez modérée, notant que le spectacle était un divertissement et une parodie mais que le danger se trouvait dans le public qui pensait y voir une représentation fidèle. Détail intéressant: ils ont depuis quelques temps acheté des encarts publicitaires dans les livrets vendus lors des représentations.

La mise en scène des ougandais.e.s a, quant à elle, été critiquée. Même si le spectacle se veut humoristique, la représentation du pays dans lequel arrivent les Elder est très cliché et est au service de l’histoire sans réel autre intérêt que de nourrir le scénario.

CRITIQUE

Moyenne générale: 8,3/10

L’histoire: 7/10. Cette histoire simple (et flanquée de quelques défauts) reste très efficace. Les personnages sont extrêmement attachant.e.s et malgré une multitude d’Elder, ceux-ci sont tous dotés d’une vraie personnalité. Le ton est parfois très acide mais la finalité reste très optimiste.

Musique: 8/10. L’identité musicale de The Book of Mormon est loin d’être la plus originale. Elle utilise beaucoup de clichés, s’en amuse et les sublime. C’est dans sa mise en scène que la musique prend une nouvelle dimension.

Danse: 8,5/10. Encore une fois, tout en jouant avec les thèmes principaux du genre, tout en s’amusant avec eux, ce ne sont pas forcément les plus incroyables mais elles sont toujours efficaces.

Décors: 9/10. Les décors sont très variés et tous très voyants, jusque dans les détails. L’imagerie massive des Mormons est présente. Ils sont tantôt simples tantôt très fournis, et les spectateur.ice.s en prennent plein les yeux.

Costumes : 9/10. Si les tenues des Elders sont fidèles à la réalité, le reste est souvent très kitsch et cela est volontaire. Les personnages religieux bénéficient tout particulièrement de tenues peu fidèles aux représentations habituelles.

LA chanson: 

Man Up, I Believe et Sal Tlay Ka Siti sont les trois grands solos de cette comédie musicale. Ils sont tous très différents mais possèdent tous leurs particularités si appréciables. La première clôt le premier acte d’une manière grandiose avec Elder Cunningham et est plein d’entrain. La deuxième met en scène Elder Price et est sûrement la plus connue. La troisième met en avant le personnage de Nabulungi, une ougandaise découvrant une nouvelle religion et croyant en son message. Même si les paroles de cette chanson sont très drôles, elle dégage une réelle mélancolie et un message d’espoir.

Difficulté de la langue: 

Difficile. Les dialogues sont loin d’être du Shakespeare, mais ils s’enchaînent et certains termes ne sont pas forcément les plus simples à comprendre, notamment car ils sont plein de subtilités. Il faut avoir une certaine maîtrise de l’anglais pour comprendre l’humour si particulier et si appréciable. C’est dans les sous-entendus et les références que cette comédie musicale est la plus délicieuse.

Où le voir ? 

Rendez-vous en plein coeur du West End pour admirer The Book of Mormon au Prince of Wales Theatre. Le spectacle a beau être sur la scène londonienne depuis quelques années déjà, le prix des billets reste assez élevé. Si vous désirez vraiment voir ce spectacle, mieux vous y prendre à l’avance ou jouer du hasard et en tentant les promotions de dernière minute. Il existe également un système de loterie pour des places de cinéma à £20 chaque jour et chaque semaine. Les artistes se produisent huit fois par semaine, tous les soirs à 19h30 (à l’exception du dimanche) et une fois à 14h30 le mercredi et le samedi.

Projecteurs sur The Phantom of the Opera le 19 mai prochain.

Retrouvez la présentation du West End et des astuces pour trouver des billets au meilleur prix ici.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer