Divers

Les phénomènes Internet #3 – La HardBass russe/slave

AVANT DE COMMENCER !

Ceci est un article à prendre avec des pincettes, et une bonne dose d’ironie. DONC pensez à rire.

Boris de la chaîne “Life of Boris” dieu autoproclamé de la culture gopnik, le plus slave d’entre nous.

Commençons : la HardBass, qu’est-ce que c’est ? C’est un genre musical, originaire de l’Europe de l’Est, de l’Allemagne à la Russie, des Balkans jusqu’aux pays Baltes.

Ce mouvement musical s’inspire de la UK hard house, autre mouvement où les bass(les enceintes) explosent. De la musique qu’il vaut mieux écouter à environ 140 décibels.

Mais la Hardbass, peu connue jusqu’aux années 2010, et qui a commencé à faire parler d’elle vers 2015, fit en réalité son apparition dans les années 2000.

Cette musique, si elle peut paraître barbare, possède en réalité un certain dégré de raffinement. Je m’explique : il s’agit de musique électronique avec par exemple des voix par-dessus le son des éléments de modification du son : distorsions, etc…, chaque morceau de HardBass est unique en quelque sorte, chaque son a sa propre sonorité, son propre tempo, sa bass spécifique… Bref, ça fait plusieurs heures de montage pour un résultat souvent magnifique.

Il faut donc faire des prototypes, des ratés. Les maître-mots des Disc-Jockeys de HardBass sont l’imagination, et surtout, le travail.

La HardBass, si elle est désormais de plus en plus connue – malgré son apparition il y a bientôt vingt ans – est devenu un genre musical dès 2015 en particulier grâce à, je te le donne en mille : les memes.

J’en ai mis du temps à le télécharger celui-ci..

En effet, le mouvement des “gopniks” (racailles d’Europe de l’Est) regroupe les plus grands fans de ce genre musical. On trouve de plus en plus de jeunes qui disent tous “cyka blyat” sans même savoir la traduction en français de ce juron russe. Les gens se mettent à squatter dans les rues etc… D’une certaine manière, on peut parler d’un changement dans la jeunesse, observable dans les pays d’Europe de l’Ouest (car déjà bien intégré dans la culture de l’Europe de l’Est).

De grands noms de DJs de HardBass sont de plus en plus connus de nos jours, en voici une liste non-exhaustive (de mes créateurs de Hardbass préférés, ainsi que leurs origines) :

  • Dj Blyatman (Slovaquie)
  • Uamee (Lettonie)
  • Hardbass School (Russie)
  • Starslav (Suède)
  • Gopnik McBlyat (Pologne)

Ils ne vous disent probablement rien, pourtant leurs musiques sont écoutées par millions sur Spotify, YouTube, Deezer, etc.

voici quelques liens de quelques-uns de leurs chefs-d’oeuvre (selon moi):

сука блять (ça veut dire: regardez SVP, en russe)
Un bijou tout droit sorti d’un festival estonien
Bon, ne demandez pas qui est cette personne sur la miniature hein,
c’est juste une stagiaire….
Celle-ci s’inspire d’une musique parlant d’une femme dans un gang russe, pendant l’époque soviétique (il s’agit cependant d’un remix).

Que remarquez-vous dans ces chansons, à part l’usage de sons complexes et de répétitions saccadées ?

Les symboles sont souvent les mêmes, et c’est la marque de fabrique de ce genre musical : l’utilisation de symboles russes, voire soviétiques. En effet, on va souvent trouver l’usage (politisé généralement) de la faucille et du marteau, du drapeau russe, de celui de l’Union Soviétique, des tapis slaves, des babushkas (grand-mère en Russe), de fusil AK (avtomat kalashnikov en écriture non-cyrillique) etc…

Ces symboles sont facilement reconnaissables, et c’est l’une des raisons du succès qu’est la HardBass, en tant que meme, ainsi qu’en tant que mouvement que certains qualifieraient de “néo-soviétique”, dû au fait que de plus en plus de références à l’URSS sont visibles dans la HardBass moderne. Ce mouvement musical rappelle une époque révolue, et instaure un sentiment de nostalgie, une époque où les républiques de l’ex-URSS et les classes moyennes vivaient mieux. On peut le dire, sans faire d’amalgame: la HardBass est la musique du peuple en Europe de l’Est, et spécialement chez les jeunes.

La fête de la Hardbass (traduit du dialecte Blyatique) – 1917, mer d’Aral colorisé

Aussi, on y trouve l’usage de DIZAINES de jurons russes/slaves que tous peuvent comprendre si vous avez déjà joué à CS:GO ou que vous traîniez sur des serveurs de discussions russophones. En voici quelques-uns que vous pourrez répéter avec volupté à vos amis slaves (évitez de vous battre cependant) :

  • Ебать/Ye-bat, ce qui veut dire putain, mais dans un contexte spécial, par exemple : putain ma vie c’est de la merde !
  • Сука/Su-ka, ce qui signifie P U T E, très péjoratif, à utiliser avec des pincettes pour éléphants…
  • Гавно/Gav-no, ce qui se traduit en un simple merde, pas besoin de contexte spécial pour celui-ci.
  • Блять/Blyat, signifiant salope, mais en réalité il est utilisé principalement comme un remplaçant idéal pour merde. Cependant, il est beaucoup plus péjoratif !
  • Хуй/Hui, signifiant B I T E, tout simplement. Utilisable dans l’expression “tête de bite” évidemment.

Voilà, maintenant vous pouvez aller voir vos parents et dire que vous avez appris comment insulter vos amis sans que vous-même vous ne compreniez. Bravo, vous êtes officiellement un slavaboo, c’est comme un weaboo (un gars lambda qui adore la culture japonaise mais qui dira n’importe quoi dessus sans réel contexte) sauf que lui c’est un baratineur sur la culture slave. Ces gens sont peu appréciables et ne savent pas S Q U A T T E R correctement.

C’est tout pour aujourd’hui, maintenant vous savez ce qu’est la HardBass, et quelle place elle occupe dans le monde de la musique. En espérant que cela vous ait plu (y’a intérêt sinon le KGB viendra vous chercher). Du coup, abonnez-vous à la Giclée sur Facebook, sur Twitter, Instagram, le web soviétique, et du bloc de l’Est en général, partagez l’article et commentez ce que vous en avez pensé (spread the propaganda !).

La bise sur vos fesses gauches, et à bientôt !

Get fucked” – Jean Jaurès sûrement
Tags

Expat Bressan

"Seulô avoué du kanon ou de la byézhe ?" - Un Bressan quelconque mais bien rond

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer