Poésie

Au nord de l’hiver – poème

Froid est le bleu que l’on y perçoit,
Se donnant à la nature

Un temps, deux temps et puis elle vient
Comme à la vie,

Brune à la démarche singulière
Les traces s’effacent dans la terre,

Un temps et puis va t’en
Pour ne former qu’un avec l’environnant,

Lui ne sait où la suivre mais
Les feuillages dansent et se déploient à son passage.

Pas à pas, tricoteur du temps
Le chemin, il le trouvera, le marquant

Froids sont ses yeux cherchant
De ses microcoupures.

Ses amis riant de lui dans les faubourgs
Avançant coûte que coûte, ils se découvrent,

Un temps, deux temps et puis s’arrête le temps
La masse verte et lui,
Dans une symbiose finale.

Derrière lui des papiers déchirés
Une vie s’est déroulée.

un poème par Victor Cabras et Guivede

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page